Clic!
Clic!
Clic!
Clic!
Clic!
Alors que tu es en train de vivre ta petite vie tranquillement, promenant ton chien ou faisant la vaisselle, tout autour de toi devient noir. D’un coup. Tu es incapable de te rappeler comment c'est arrivé, car cela t’a pris complètement par surprise. Puis, lumière. Tu reprends finalement conscience de ton environnement. Sauf que… Tu n’es plus au même endroit qu’auparavant. À la place du parc où tu promenais ton chien ou de ta cuisine, tu ne vois qu’une salle entièrement blanche où le seul meuble présent est le lit où tu reposes. Pourquoi es-tu là ? Tu n’as aucune réponse, et une myriade de questions s’accumulent dans ta tête.
Contexte
0015

Parfaits

0007

Imparfaits

0000

Anonymes

0000

//

FondateurLeo Bårdsen
Co-FondatriceEru Chitanda
RangNom
RangNom
nom prénom

recherche un lien

nom prénom

recherche un lien

nom prénom

recherche un lien

nom prénom

recherche un lien

nom prénomrecherche un rp
nom prénomrecherche un rp
nom prénomrecherche un rp
nom prénomrecherche un rp
FicheSpalding Nolan
FichePrinz Anna
FicheWolf Logan
Fichenom prénom
Fichenom prénom
Fichenom prénom
Fichenom prénom
Fichenom prénom
Derniers sujets
Partenaires Footer 24 de 40
Partenaires Coup de ♥
Partenaires Top

(AGATHA) + 5h du matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Message par Colin Lincheau le Dim 5 Aoû 2018 - 17:53
I


Colin s’était réveillé naturellement tôt ce jour-là. Il avait ouvert lentement les yeux, avait reconnu la lumière particulière du très haut matin d’été, et les avait refermé en se disant qu’il avait encore du temps. Sauf qu’au moment même où ses yeux avait perçu cette lumière si significative, son esprit, lui, s’était éveillé pour de bon et il ne lui avait plus été possible de se rendormir. Il avait essayé, pourtant, mais il n’avait fait que penser, se tourner, penser encore, se retourner, dans son lit, sans que le sommeil ne le gagne à nouveau. Alors il s’était levé. Il était sorti devant l’immeuble de son appartement, en robe de chambre légère, pour fumer sa première cigarette, en appréciant la douceur de l’air qui ne tarderait pas à disparaître. L’été était lourd à Sindety.

Remonté dans son appartement, il se retrouva un peu bête. Qu’est-ce qu’il allait faire maintenant ? Nous étions dimanche, il ne travaillait pas, et il ne s’était jamais levé aussi tôt. Alors il ferma les yeux, repensa à Antoine. A son phrasé, à ce moment fugace où, dans le jardin de leurs parents, entre deux verres de cosmo, il lui avait parlé de sa patiente qui avait tout perdu et à qui il ne restait que la tristesse. Alors il rouvrit les yeux à nouveau et dans la pupille brilla une nouvelle lumière, tendre et froide. Et il parti pour la douche.
Sous l’eau, il lava méticuleusement chaque partie de son corps. Il se débarrassa de la sueur de la nuit, se brossa les dents, ses cheveux plein de shampooing pas encore rincés, et il fit disparaître l’haleine âcre du sommeil et de la cigarette. Il se savonnait le corps, faisait glisser le savon sur son ventre et ses jambes, puis se savonnait encore, en râpant bien sa peau avec le gant. Il ne semblait pas vouloir se débarrasser seulement des peaux mortes, mais aussi, comme d’une sorte de sentiment tenace, de saleté toxique et nocive. Elle n’existait en fait que dans sa tête, mais il la transposait sur son corps, sur le visible, et se soignait ainsi. Par l’extrême hygiène, l’extrême propreté, l’aseptisation de l’organique.

Sorti de la douche, habillé de vêtements parfaitement propres, odorants d’une lessive agréable et impeccablement repassés, il se pressa des fruits pour un jus et se fit cuire des œufs en se disant qu’encore une fois, il avait été bête, et qu’il faudra se relaver les dents.
Il ne savait toujours pas quoi faire de son dimanche.
Alors qu’il mangeait, il sentait sa peau qui le tiraillait un peu de l’avoir trop frottée. Dimanche. Il se dit : je pourrais lire, mais je n’ai rien que je n’ai pas déjà lu et les librairies sont fermées ; je pourrais jouer du piano, mais il est trop tôt pour les voisins ; je pourrais aller cinéma, mais il n’y a aucune séance à cette heure ; je pourrais…
Nous étions dimanche et il était trop tôt pour que Sindety s’éveille.

Mais la lumière d’obstination dans son œil n’avait pas disparue et il restait déterminé à agir, à ne pas glisser lentement dans l’apathie, qui lui serait trop douloureuse. Il penserait à ses frères qui lui manquaient tant, à sa secrétaire amusante qui lui racontait ses peines de cœur avant que les patientes n’arrivent, à son café préféré, sa FNAC préférée, à la lumière de Paris, son grouillement agaçant, ses gens occupés, ses dorures éclatantes et ses toits bleus ; il penserait à la peine du manque, au besoin viscéral de retrouver.

Colin ouvrit grands les yeux sur ses œufs brouillés. Il venait de trouver la solution et dans l’excitation, il risqua de se lever de table trop brusquement et de faire tomber sa chaise. Il se força à rester assis et à finir en douceur ses œufs. Il but son jus jusqu’au bout, puis il se leva et fit la vaisselle. Il ne se pressait pas. Il savait maintenant quoi faire, mais il fallait le faire bien, et pour cela, il ne fallait pas de précipitation. Il gagna la salle de bain, se brossa à nouveau les dents, vigoureusement ; gagna la chambre, se changea et prit un sac à dos. Pas très gros et très léger, il y glissa le nécessaire, puis quitta la chambre, traversa le couloir, ouvrit la porte d’entrée, la claqua, et le silence regagna l’appartement.


II


C’était ça, la solution. Il fallait ne pas penser. Et cela marchait. A mesure que ses jambes s’alourdissaient, le souvenir d’Antoine dans le jardin de leurs parents s’estompait. Alors que ce matin, il lui avait fallu moins de cinq secondes pour se remémorer le timbre de sa voix, il lui en avait fallu ensuite quinze, puis trente, et maintenant une minute. Mais cela n’avait pas d’importance, car il ne cherchait pas à se souvenir d’Antoine. Les pensées ne s’imposaient plus à son esprit, tyranniques et surpuissantes, avec leurs émotions en bandoulière. Le corps avait repris le dessus et les pensées avaient dû se plier à sa volonté, à se tourner vers le corps en lutte. Ca lui avait pris vingt minutes, après échauffement. Il courait depuis vingt minutes. Passé ce stade, le cerveau lâchait de l’endorphine et Colin se sentait plus léger, malgré la douleur dans les mollets, malgré sa lenteur et sa difficulté croissante à lever le pied, puis l’autre, et ainsi de suite. Antoine disparaissait, l’inquiétude aussi. Le manque, l’anxiété, la peur, l’inconnu, n’étaient plus de ce monde à cette heure. Il n’existait que son corps. Il avait trouvé la solution. Et cela marchait, car Colin ne pensait plus à rien d’autre qu’à avancer, à atteindre ce petit coin où il savait qu’il retrouverait cet arbre, dont le tronc avait comme des yeux dessinés dessus. Il ne songeait à plus rien d’autre qu’à ça. La peur avait disparue et au milieu de sa course, il eut comme envie d’éclater de rire, mais le souffle lui manquait. Il avait envie de rire malgré les tiraillements de plus en plus lancinants, se respiration qui soufflait comme une forge dans ses oreilles, les bulles dans la tête et les papillons sous ses yeux. Tant qu’il courait, il n’avait plus peur. Il était toujours tôt, nous étions encore en pleine matinée, mais Colin n’en était plus inquiet.

Colin courait tête baissée. Il avait les yeux fixés sur ses pieds, sa nuque cédait sous l’effort. Il prenait de grandes et rapides goulées d’air frais, il ne faisait pas attention à la nature, au paysage autour de lui. Il n’avait pas la force pour ça, il devait se concentrer tout entier sur lui-même s’il voulait avancer. C’est pour ça qu’il ne la vit et qu’il trébucha dessus. Il tomba sans comprendre ce qui lui arrivait et s’esquinta violemment les genoux qui se mirent à saigner, mais superficiellement. La surprise ne lui donna pas le temps de s’affoler.

« … ? Madame ? »

Au sol, un corps inerte d’une jeune fille d’à peu près 20 ans. Sa peau était claire et ses cheveux noirs cachaient son visage. Colin, toujours un peu bête et au sol, ne réagit pas tout de suite. Elle-même n’avait pas de réaction. Doucement, il se ramassa et regarda plus attentivement la jeune femme. Ses traits étaient calme et sa respiration douce. Elle n’était évidemment pas endormie et Colin comprit rapidement et tranquillement qu’elle s’était évanouie. Il essaya d’abord de l’appeler, mais bien sûr, elle ne réagit pas. Malgré la découverte d’un corps, Colin ne manifestait aucune panique. Il eut même les gestes très précis de la mettre en position latérale de sécurité, de vérifier à nouveau sa respiration – normale – et son pouls. Puis il s’assit à même le sol, prit son téléphone et essaya de contacter les secours. Il s’y attendait, dans la montagne où ils étaient, ça ne capta pas et il ne put joindre personne. Il inspecta le ciel, pensif, et se dit qu’il n’y avait pas encore d’urgence quant à la chaleur : la matinée restait fraiche. Il n’aurait pas à la déplacer.
Il soupira, puis la regarda à nouveau. Il n’avait ni avis ni réflexions particulières, si ce n’est celles typiquement médicales. Sans trop y croire, il prit la bouteille d’eau dans son sac, renversa un peu d’eau sur le visage de l’évanouie, et il vérifia le mouvement des pupilles sous les paupières.
Il dût attendre encore. Il finit par s’allumer une cigarette, et resta installé près du corps.
Songeur, il ne remarque pas les premiers tressaillements.
Messages : 17

Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lié à Alice Wist

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum