Partagez|

Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Antoine Sabourdy
Lié à Charlie Santos
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 06/08/2018
Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Lun 6 Aoû 2018 - 2:59

Antoine Sabourdy

Seul, j'ai été, et jamais une fois, ils ne l'ont remarqué.

âge : 20 ans
genre : Homme
groupe : Un Parfait religieux
nationalité : Franco-Coréenne
orientation sexuelle : Homosexuel

Couleur de cheveux/yeux : Ses fibres capillaires ondulent devant ses yeux et arborent la même teinte que ses orbes peinés par sa vision du monde. Noir. Noir comme son état d'esprit. Tout est si noir que même le soleil a oublié de l'étreinte de ses rayons salvateurs, seule l'ombre l'enveloppe de ses bras carnassiers.
État de santé : Antoine est handicapé moteur suite à un accident. Affaiblies par les nombreux coups dont il était victime, ses jambes parviennent à peine à répondre aux indications de son cerveau, tandis que les efforts physiques lui demandent un effort colossal. Il se déplace majoritairement en fauteuil roulant, sinon en béquille, espérant remarcher normalement un jour.
Style vestimentaire : D'année en année, son style vestimentaire à évoluer, construisant alors les différentes facettes de sa personnalité. Désordonné à l'exposition, Antoine n'a jamais su s'inclure à la société. Une chemise orange et un pantalon marron, sa mère lui affirmait qu'il était le plus beau. Au nœud, c'est son meilleur ami qui lui apprit les règles de la mode. Élégant sous toutes ses coutures, Antoine est passé d'un extrême à son antipode en choisissant des tissus harmonieux et éthérés. C'est au crépuscule de son adolescence, détestant son corps, que le jeune homme a opté pour un style sombre, toujours en pull malgré la canicule acculante, masquant le plus que possible sa carapace charnelle.
Inventaires :
• Ce prostitué accorde toujours un soin particulier à la protection. Ainsi, il possède une large gamme de préservatifs.
• Il porte également un ancien bracelet de ses années collège, la moitié du "friend", son Matthieu possédant l'autre.
• Quelques sous en poche pour s'octroyer le plaisir d'une boisson chaude ou des petits gâteaux.
• Des pansements.
• Un paquet de cigarette. Il fume régulièrement, à raison d'une à deux par jours.
• Un allume-gaz en guise de briquet.
Langues parlées : Il a quelques notions de Coréen, connaissait simplement les formalités de politesse et sachant énoncer les pièces de la maison.
Hobbies :
• Antoine est un semi-artiste, il aime chanter par-dessus tout. Cependant, son univers créatif est très amenuisé par sa réserve. En effet, même dans la chanson, le jeune torturé peine à exprimer clairement son ressenti. Sa voix suave est principalement exercée pour la pop, bien qu'il arrive à entrer dans des registres plus techniques. Il ne chante que des reprises.
• Aimant essentiellement les contacts rapprochés, c'est un très bon masseur qui a le don d'apaiser ses interlocuteurs par ses doigts de fée.
• Avant d'être en fauteuil, Antoine aimait danser. Véritablement souple, il ne lui était pas difficile d'effectuer des pirouettes ou le grand écart.
Personnalités : La perception est une notion qui diffère d'un individu à l'autre. Ainsi, les inconnus l'identifie comme un homme soumis qui s'aplatit avec une facilité déconcertante. Certains parviennent à discerner sa patience sans failles. Si un simple étranger parvient à établir un contact, alors il aura affaire à sa nature constamment poltronne. Une main sur l'épaule le fait sursauter, au même titre qu'un coup de tonnerre ou un chien qui aboie près de la clôture.

Foncièrement gentil, Antoine est un homme victime de sa propre bienveillance. Ses connaissances voient en lui un côté pusillanime.

Ses amis apprécie sa tolérance, son altruisme et son attention à leur égard. Il sait les charmer, les mettre à l'aise et en confiance. C'est le salvateur de leurs souffrances. En revanche, le noireau a toutes les peines du monde à conserver un secret. Véritable commère, toujours à la mode des bottins du jour, Antoine en sait bien plus que le journal du centre.

Ses plus proches amis ont le secret bien gardé d'un penchant masochiste. Chercher le bonheur dans la souffrance, Antoine semble être dans son élément en contact de ses clients violents. Pot de colle infatigable, Antoine est telle une sangsue s'harponnant à la peau douce de ses interlocuteurs.

Antoine s'identifie lui-même comme un garçon pessimisme, qui manque encore de confiance en lui, et dont la solitude effraie plus que tout. Mieux vaut être seul que mal accompagné ? Le prostitué dément cette citation. Ce dernier est prêt à tout accepter pour peu qu'on s'intéresse un peu à lui. Étouffant, il s'avoue poser des myriades de questions relatives à vos goûts, vos rêves, vos espoirs, dans l'envie de mieux vous correspondre à l'avenir. Antoine s'intéresse sincèrement aux détails qui bâtissent vos sentiments, vos actes et ne vous jugera pas.

Détestant son bégaiement perpétuel qui l'empêche de s'exprimer au gré de ses envies, ce double mouvement entraînant une fatigue considérable. Si cet effort peu productif s’avère particulièrement décourageant, Antoine montre une volonté et un courage impressionnant à continuer à vouloir se faire entendre.

Ses parents, quant à eux, le perçoivent comme un garçon pacifique, entier, généreux et tempérant. Toujours à tendre la main à son prochain, offrant sans une once d'hésitation sa chemise. Leur fils unique est tout simplement parfait.

Son passé
Antoine est un garçon qui a toujours été seul, depuis le berceau de sa vie. Ayant toujours rêvé d'avoir un grand frère, modèle sur lequel il pourrait se calquer pour avancer, le garçon a donc, par défaut, évolué au contact de ses parents, qui possédaient à peine de quoi le nourrir. Sa mère percevait une pension d’invalidé pour inaptitude. Elle savait à peine remplir un chèque et compter. Ses activités se résumaient à prendre soin de sa famille, tout en prenant le temps pour broder, vendant ses toiles sur le marché par l’intermédiaire de son mari, lui aussi sous les ailes de l'État. Quelques travails au black dont ce dernier imposait les besognes à son fils, lui inculquant les lois du travail. Seule brique de leur bâtisse, Antoine était comme le bébé miracle, destiné à de grandes études par l'intermédiaire de bourses. Hélas, même avec toute la volonté du monde, le garçon était à peine moyen dans chaque matière, nageant à contre-courant, sa tête semi-engloutie par les profondeurs abyssales.

Quelques camarades par ci, par là, Antoine a toujours forcé son intégration dans les différents groupes, qu'il y soit vu comme le porteur de plateau, le garde-manger, le faiseur de devoir ou simplement dénommé par "celui qui mange parfois avec nous."

C'est au milieu de l'année scolaire, au lycée général, qu'il apparut. Matthieu. Un nouveau venu qui fut contraint de s'asseoir à côté de lui par manque de place supplémentaire dans la classe. Encore une fois, le petit Franco-Coréen était la dernière option. Alternative qui, néanmoins, attira l'étranger, évoquant instantanément sa sympathie à son égard. Possédant les critères du parfait Grand Frère, il n'en fallut pas à Antoine pour s'y accrocher désespérément.

Fermant les yeux sur ses excès d'autorités ou de colère, le masochiste empruntait les propriétés aux éponges, soignant tous les ressentiments de son meilleur copain. S'il avait besoin d'encastrer son poing dans une matière, alors il servirait de meuble pour estomper son courroux perpétuel. Pour conserver ce précieux lien qui les unissait, Antoine satisfaisait ses caprices. Voler une boîte de gâteau à la supérette du coin, lui dépanner des cigarettes, lui prêter le scooter de son père. Les maigres richesses que sa famille avait amassées, Matthieu se devait de les épouiller, s'estimant plus malheureux que lui, à bien des égards. Malgré le caractère de cette situation inconfortable, le jeune homme s'y faisait, devenant dépendant de mauvais traitements.

Attisant délibérément le courroux volcanique de son meilleur ami, par des actions simples, mais qui demeuraient impardonnables aux yeux du grand brun, Antoine se complaisait à être roué de coups.

C'est au crépuscule de son aventure au lycée, que le chemin des deux garçons se scinda brutalement par un arc électrique. Une nouvelle l'ayant frappé comme un coup de tonnerre. Matthieu, qui avait quelques soucis familiaux, avait été placé en maison de redressement, et devait donc quitter son établissement scolaire. Cette perte fut une déchirure pour le jeune garçon, qui se sentait comme un grain de sable supplémentaire, surplombant la plage de la désolation. Au sein de son groupe, construit par son ami, Antoine s'y sentait plus seul que jamais.

***

Après l'enseignement obligatoire, le jeune garçon stoppa ses études pour s'orienter dans le domaine de l'esthétisme, espérant convaincre avec ses maigres atouts. Faisant la fierté de ses parents, le jeune garçon échoua à son admission, l'école n'admettant que des filles. La seconde école fut aussi le résultat d'un naufrage sans précédent, en conséquence de ses résultats scolaires beaucoup trop faible pour le niveau élogieux de l'établissement.

Les mois de chômages s'accumulèrent, tandis qu'il tentait vainement de décrocher un petit contract. Face à la misère de ses géniteurs et les dettes entassées, Antoine décida de prendre des mesures radicales. S'adonnant à la prostitution régulière, le jeune garçon acceptait de réaliser tous les fantasmes de ses clients, pour peu qu'il lui rapporte. Généralement, ses coups d'un soir duraient quelques minutes, pour ensuite ne jamais être réitéré. Cependant, une exception invalida la règle.

Un banquier d'une trentaine d'années qui taisait son nom. Ses fantaisies étaient insolites. L'acte par le bondage absolu. Tantôt suspendu à une corde, tantôt attaché comme un porc à une broche, Antoine accepta les mauvais traitements, sans se plaindre, se devant de surnommer son bourreau "Maître", "Monsieur" ou encore "Empereur." Par l'intérimaire de traffic de charmes, Monsieur le banquier fonctionnaire évacuait ses frustrations sexuelles sur le pauvre petit homme qui gémissait comme un lapin blessé.

- Antoine ?

- Ou-oui... Monsieur ?

L'intéressé se frotta le menton en faisant coulisser son index :

- Tu as bien dit que tu acceptais tout. Vraiment tout.

Il eut un laps de temps en suspension, avant que le jeune prostitué affirme d'une voix chevrotante :

- C-C-C'est ce qu-e-e-e j'ai d-d-d-d-is.

Un sourire mesquin s'étira sur le visage de son interlocuteur, tandis que ce dernier empoigna ses cheveux, affaiblis par tous ses hommes qui prenaient un plaisir tortionnaire à les arracher, lorsqu'ils atteignaient le paroxysme de leur extase.

- Je veux que tu te mettes à genoux, et que tu rampes comme si je t'avais cassé les jambes.   

S'exécutant, Antoine eut bien du mal à répondre favorablement à la demande de son client. Ses gestes étaient trop rapides, trop précis, trop fluides, accoutumé à ce genre naturel de mouvement pour la danse. Fronçant les sourcils, le banquier le rappela à l'ordre. Alors qu'il devina la trajectoire d'une autre gifle, Antoine enveloppa sa tête de ses mains, créant une carapace charnelle, le temps que Monsieur s'apaise.

- Antoine ! J'ai dit, ne te protège pas quand je lève la main !

Doucettement, le prostitué obéit docilement, extrayant ses mains de son crâne, ses phalanges repliées, menaçant de s'abattre de nouveau au sommet de son visage. Grommelant, son client lui accorda des coups de pied martelant son ventre, en guise de prévention.

- Je devrais p'tre tes les casser pour de vrai.

Avant qu'il ne puisse le supplier de revenir sur sa décision, une boule obstrua ses jambes. Impossible pour lui de les articuler. Écarquillant les pupilles d'effroi, Antoine perçu des petits points jaunes valser au-dessus de lui. Il tangua un instant, puis, s'évanouit sous le choc de la douleur.

Son avis sur le Fil Rouge
Antoine est en faveur de l'expérience, espérant laisser derrière lui son univers. Il en attend beaucoup du système, étant persuadé de sa réussite. Bien qu'un peu sensible au sujet de son âme sœur, désirant déjà la connaitre pour mieux l'étreinte, il n'hésiterait pas à se porter volontaire pour mener sa quête à son terme.

Ses projets pour l'avenir
L'avenir l'effraie, et les événements inopinés davantage. S'il pense que l'herbe est plus verte à Sindety, son avis reste très contre-balancé. Sur l'île, il aura l'opportunité considérée de pouvoir vivre une année complète avec une âme liée à la sienne. Une personne qui ne pourrait rompre ce fil carmin les nouant ensemble. Ne voulant d'ores-et-déjà pas la perdre avant de l'avoir rencontré, une facette d'Antoine, le peu de néon activant sa raison, lui dicte, au contraire, de se brandir le bouclier pour se protéger. Et si cette personne se révélait être odieuse ?

La vie est-elle vraiment meilleure ailleurs, où qu'on se trouve sur le globe terrestre ?

Le fil rouge est une expérience libératrice, car elle permettra de lui fournir la réponse à cette question qui le taraude depuis son apparition.
L'avatar est Yoon Bum de Killing Stalking, qui m'a fait beaucoup penser à l'un de mes ocs qui date de 2011. Comme les similitudes entre les deux étaient amusantes, j'ai décidé de le faire renaître.

J'avais déjà hésité à m'inscrire ici, mais faute de temps je ne l'ai pas fait. Désormais, même si ma situation est toujours la même, je ferais de mon mieux pour fournir une activité quotidienne afin de faire vivre ce forum, qui demande à ce qu'on s'y intéresse (:


Dernière édition par Antoine Sabourdy le Jeu 9 Aoû 2018 - 1:56, édité 6 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Kaylee King
Liée à Leo Bårdsen
avatar
Messages : 66
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Là.
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Lun 6 Aoû 2018 - 4:09

... Je suis intrigué. Je suis très intrigué par ce personnage, meh. Hâte de lire ta fiche en entier. **

Et bienvenue ici, honey. ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateur
Leo Bårdsen
Lié à Kaylee King
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 08/05/2018
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Lun 6 Aoû 2018 - 16:35

Bienvenue !!

Ohlala je suis déjà fan de ce perso ! J'ai hâte de savoir ce qu'il nous réserve !

_________________
now that i know who you are, i just want to die
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Sabourdy
Lié à Charlie Santos
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 06/08/2018
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mar 7 Aoû 2018 - 2:14

Merci pour votre accueil sweeties hearts ♥️

J'ai quelques ajustements et correction à faire avant de terminer (:
Voir le profil de l'utilisateur
Renn
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 29/07/2018
Age : 26
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mar 7 Aoû 2018 - 9:02

Bienvenue ! ❤️
Voir le profil de l'utilisateur
Kaylee King
Liée à Leo Bårdsen
avatar
Messages : 66
Date d'inscription : 02/08/2018
Localisation : Là.
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mar 7 Aoû 2018 - 10:40

J'ai lu ton histoire. Elle est magnifique. I love you.
And I'm done.

Hâte d'en lire plus sur toi. **
Voir le profil de l'utilisateur
Anna Savage
Liée à Maysen Oward
avatar
Messages : 110
Date d'inscription : 07/06/2018
Age : 17
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mar 7 Aoû 2018 - 12:28

Eh bien, quel personnage ! Je valide à fond l'avatar ! Bienvenue à Sindety :3
Voir le profil de l'utilisateur
Milya Luger
Liée à Eyden
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 30/07/2018
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mer 8 Aoû 2018 - 11:42

C'est.. Effrayant à vrai dire. Et c'est pour ça que c'est intrigant, ça marche bien :/
Bienvenue à Sindety, en espérant qu'Antoine y trouve ce qu'il recherche, quoi que ça puisse être :3
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Mer 8 Aoû 2018 - 20:56

Bienvenue sur le forum ! ♡
Antoine Sabourdy
Lié à Charlie Santos
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 06/08/2018
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI Jeu 9 Aoû 2018 - 1:58

Merci à tous, vous êtes des amours ღ

J'ai terminé ma présentation intrigante ~
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI

Toute dépendance comme par un acte de soumission - FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
( I M ) P E R F E C T I O N :: Les Profils :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: