Derniers sujets

[FOOTER] Les Chroniques d'HeavenparInvité
Dim 9 Déc 2018 - 19:05
Signaler une absenceparEryn Duciel
Jeu 6 Déc 2018 - 11:45
[FOOTER] Peek A BooparInvité
Mar 4 Déc 2018 - 19:27
[FOOTER] Tokyo Ghoul : HiganbanaparInvité
Dim 2 Déc 2018 - 22:04
Ah bon || Piotr ♥parPiotr Nevelskovich
Sam 1 Déc 2018 - 23:46
[NSFW] L'alcool c'est de l'eau | pv : Edvard ♥parEdvard Guðbergson
Sam 1 Déc 2018 - 23:16
[FOOTER] Reose HybrideparInvité
Sam 1 Déc 2018 - 14:22
[FOOTER] DEAD EndparInvité
Sam 1 Déc 2018 - 12:36
Come and dance with me | PiotrparPiotr Nevelskovich
Mer 28 Nov 2018 - 14:25

Partagez|

Second Chances [Eyden&Milya]

Milya Luger
Liée à Asuka Ikunora
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2018
Second Chances [Eyden&Milya] Jeu 20 Sep 2018 - 12:45

Partie.
L'Âme-sœur de l'Allemande était partie. Sans réellement crier gare, elles s'étaient rencontrées, la demoiselle avait appréciée sa colocataire, quelqu'un de visiblement attendrissante, agréable, gentille. Mais qui finalement était partie. Sans prévenir. Sûrement trop inquiète pour ses proches, c'était ce que le peu de temps passé à deux lui avait fait supposer comme justification. Mais le vide qui avait assailli l'étudiante était bien étrange. Si violent, pour une connaissance si récente.
Le terme d'Âme-sœur était-il fondé ? Elle s'était posé la question un bon moment. Et était arrivé à une conclusion assez claire. Elle avait su déceler le potentiel de leur relation, elles auraient pu devenir proches, c'était certains. Comme ces gens qu'on connait peu, qu'on rencontre, et qui au bout d'une heure, donne l'impression qu'on les a toujours connus. C'était ce qu'elle avait ressenti dans un premier temps, en plus d'une réelle accroche. Et tout ça, avait enterré à peine né. Un sentiment de gâchis, pur et simple.
L'impression d'être passée à côté d'une relation intéressante, et surtout, enrichissante. Après tout, le dialogue, le discours, les débats, les relations, étaient toutes des formes de nourriture pour l'esprit. Et c'était souvent avec les personnes qu'on appréciait le plus, que la nourriture se faisait de qualité supérieur. Manquer de si près un met pareil, c'était drastiquement décevant.

Cela dit, le Fil Rouge était vite retombé sur ses pattes. Les mêmes personnes qui étaient venues prévenir la demoiselle de la disparition de son Âme-soeur lui avaient dans la foulée appris qu'elle en aurait bientôt une nouvelle, déjà trouvée. Une remplaçante...
A première vue, l'Allemande n'avait pu que se demander si ce serait aussi rapide et fort que la précédente ? Si l'expérience était un succès pour le Fil Rouge, alors une Âme-Sœur n'était-elle pas sensée être unique ? Comment pouvaient-ils en trouver une nouvelle, si vite, si aisément ? C'était un peu douteux, mais.. La demoiselle auburn n'avait pas spécialement envie de s'enfermer dans ces pensées étrangement obscurcies. Elle verrait bien le moment venu, tout comme elle ne s'était pas prise la tête à son arrivée.
Sa nouvelle colocataire avait un peu de déménagement à faire visiblement. Chose qui n'avait pas fait tilt au début dans la tête de l'Allemande. Mais une fois le Fil Rouge parti, et ses occupations revenues, elle s'était rendu compte que si déménagement il y avait, cela voulait bien dire que sa prochaine Âme-Sœur avait elle aussi perdu sa propre moitié. Et qu'elle allait maintenant changer de domicile. Probablement qu'elle était dans le même quartier à la base.. Elles se seraient déjà croisées ? Possible. Quoi que peu probable, l'étudiante était peu sorti depuis son arrivée, déjà qu'elle datait encore de quelques jours. Et elle n'avait pas souvenir d'avoir croisé avec certitude ses voisins. Peut-être dans la rue commerçante, mais ils n'avaient pas un panneau 'Votre Voisin' sur le front.

Et c'est après cette réalisation que l'Âme-Sœur pour le moment solitaire avait repris son petit ménage. De quoi s'occuper l'esprit. En réalité, elle était plutôt.. Seule maintenant. Elle avait croisé quelques personnes, avait discuté avec certaines. Mais en dehors d'Hellebore, ces quelques jours sur l'île avaient surtout su lui rappeler que maintenant qu'elle avait été arrachée à ses proches, elle était bien seule. Pas physiquement, la ville était peuplée. Mais mentalement, elle n'avait ni amis, ni famille. Rien.
La solution pourrait être simple. S'en refaire ici. Mais dans l'immédiat, elle n'avait pas spécialement la prétention de pouvoir se lier aussi aisément. Ce n'était pas quelques discussion ouvertes et entreprenantes qui lui ferait dire qu'elle s'était trouvé des 'amis'. Des personnes de confiance, à qui se lier et avec qui partager des moments aussi amusants que plaisants en règle général.
Une vague déprime donc. Cela lui arrivait déjà souvent, avant de se retrouver ici, lorsque les jours, les semaines, s'enchaînaient de façon monotone, trop éloignée de ses amis justement. La solitude était un poison lent, mais n'en restait pas moins toxique. Soupirante, lente, l’énergie étrangement ralentie, la silhouette borgne avait donc erré dans cette maison offerte gracieusement par la société qui tient cet endroit. Erré, encore et encore, sans trop savoir quoi faire. Ni envie de sortir, ni de rester. Juste.. Trouver quelqu'un, ou repartir ? C'était peut-être une idée.

Frottant sa tête activement, comme si cela pouvait faire partir ces sales pensées, l'Allemande fronçait les sourcils. Le cache-oeil bien en place sur son côté droit, elle finissait par craquer. Retourner vers une vieille passion.
S'affalant dans le canapé, rapidement allongée, le coude posé, et la joue aplatie sur sa main, la demoiselle allumait la télé, partant vers les ressources cinématographiques gentiment fournies par le Fil Rouge. Des films aussi bien vieillots, des classiques et des moins classiques. Mais également des plus récents, qu'elle aurait sûrement pu aller voir au cinéma dans les villes de son enfance et de son adolescence.
Bien vite, le milieu d'après-midi occupation, décoration, ménage, s'était transformée en après-midi film. Un film d'action-humour plutôt bien tourné. Encore que certains passages longuets donnaient à nouveau une transformation complète à cet après-midi.
De ménage à film. De film à sieste. Il n'y a que quelques pas. Le visage assoupi sur le côté, le canapé avait été un piège bien malsain pour une demoiselle au sommeil instable depuis son arrivée sur l'île. Et maintenant qu'elle s'était entoilée dans la vrille de repos.. Elle était partie pour une bonne longueur de respirations calmes et somnolentes, dans le pays des songes.
Enfin, sans compter sur un quelconque événement extérieur.
Qui avait dit que les Âmes-sœurs prenaient parfois plusieurs jours à être trouvées ? Ah. Le Fil Rouge. Qui l'avait pourtant aussi prévenue que la nouvelle, n'avait que quelques affaires à déménager...
Voir le profil de l'utilisateur
Eyden
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 29/07/2018
Age : 26
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Dim 23 Sep 2018 - 10:27

Solitude, pour beaucoup c’est une chose merveilleuse, pas d’ennuie, pas de gros cons, pas de mauvaises nouvelles. Pour moi, une affreuse chose, pas d’amour, pas d’amis, moi seule, l’ennuie me guête. Ou est ce la follie ? Renn ma laissée tomber, la première personne que j’ai rencontrée ici. Kaylee, aucune nouvelles non plus, plusieurs voisins et voisines non pas juger bon de me cottoyer. Hier, j’ai appris une terrible nouvelle. Je perd non seulement mon colocataire mais également, ma maison. Comment ca s’est passé ? A peu pres ainsi.

J’aurais du me coucher comme d’ordinaire vers 23H mais pour une raison que je n’explique pas, Tristan n’etait pas là, il allait de plus en plus mal, mais , il a toujours refusé de se confier. J’ai utilisée le téléphone.

- Allo….
Bon sang ! Sa voix semblait lointaine ! j’ai , j’ai tout de suite sus qu’il y avait un probleme.

- Ouais Tristan, t’es où la ? Il est quasiement 22H Je lute à se moment là contre mes pires craintes.

- Je…. Je suis désolé Eyden, j’aurai du…. Je n’ai pas … p… pardon. Mon telephone mit fin à la conversation. Il ma raccroché au nez, j’ai alors recomposée son numéro mais seul son répondeur m’adressa la parole.

- BON SANG tu fais quoi Tristan !!!
Je fulmine, je tourne en rond, je prend la décision de m’habiller et d’essayer de le retrouver dans ses endroits préféré. Bar, plage, et biensur, le parc. Il semble etre nul part. Je décide de rentrer, avec de la chance, il m’attendra avec un air idiot. Une fois de retour, la maison est affreusement vide. Seul lux me regarde dans le mirroir, mais, elle ne sourit pas. Il y a bien longtemps que Lux ne souriait plus. D’ailleurs, elle se faisait de plus en plus rare. Je ferme nerveusement mon sac contenant ses affaires. J’envisage fortement de quitter Sindety. La coupe est pleine, mon coeur est en sanglot. Je vais sur la chaise et je prend son pull, il y a encore son odeur. Mon nez contre la laine, je me detend comme je peu. Le tissu tel un doudou me tennais compagnie.

J’ignore ce qu’il s’est passé, je me reveil seule, je sanglote, péniblement, je me lève quand soudain la sonnerie !

- Ha enfin ! Tu es de retour idiot ! Je cours à la porte, je ne prend pas le temps de vérifier par le juda, j’ouvre grand la porte plein de joie, le coeur battant. Une joie immense, mais, mon bonheur retomba aussitôt. Deux étrangers se pointe chez moi.

- Humhum… Eyden Lux ? Alias Irina Rogdanov ? Nous sommes envoyé par le fil rouge. Nous devons discuter. Leurs venus n’auguraient rien de bon, au contraire. Je garde le silence, attendant la suite.

- Je … est ce qu’on peu rentrée ?
N’ayant aucune nouvelle, ils se permirent de rentrer. La nouvelle tombe un couperet..

- Nous avons la tâche délicate de vous informer que Tristan, n’est plus…
Me voyant déconfit, ils se ravisèrent.

- Iel à décidé(e) de quitter Sindety, pour des raisons qui lui son propre….
Il continue à ma parler, mais mon esprit n’écoute déjà plus, il est a des années lumières entre un de se demander à quoi se raccrocher pour ne pas se perdre, mes doigts écrasent les plis de ma jupe les larmes prets à se déverser dans un torrent de désespoir. SEULE ! Je vais ENCORE etre SEULE !

- c’est pourquoi nous avons pour ordre immédiat de vous aider à trouver une nouvelle demeure, ne vous en faites pas, se que vous resentez est normal, vous allez recevoir une nouvelle âme sœur ! Vous déménagerez la semaine prochaine, le temps pour nous de faire le necessaire, vous recevrez une nouvelle dans les jours a venir. Bonsoir et merci pour le thé.
Machinalement, je les accompagnes dehors et sans un revoir, ni un sourrire, dévastée, je leurs claque la porte au nez, en oubliant de m’enfermer. Me demandant quand est ce que je me suis levée pour faire du thé...

Tristan sombre crétin !


A l’aube du quatrième jour, j’ai effectivement eu des nouvelles rapidement, on ma informée que je suis maintenant l’ame sœur de « Milya Luger » bon au moins, il y a une excellente nouvelle dans tout ça. Milya est une femme ! Je sais que mon coeur n’oubliera pas Tristan de si tôt, si seulement j’aurai eu de ses nouvelles aprés…. Qui me prouve qu’il est partie et non pas un suicide… J’espère que Milya ne m’abandonnera pas comme les autres. D’ailleurs, qui peu bien etre Milya ? Une femme hollandaise ? Grande ? j’espere qu’elle n’est pas Russe ! Je n’ai rien contre les femmes de la mère patrie mais il ne manquerait plus que ça, une femme qui me rappelle tout les jours mon ancienne vie !

Finalement, aprés avoir passé deux jours horrible a emballer les affaires de Tristan, je sais, c’est pas a moi de le faire, mais j’y tenais, j’ai d’ailleurs piquer son parfum au patchouli, avec le temps, on s’y fait à l’odeur ! Je me suis surprise à constater à qu’elle vitesse je me suis attachée a iel. Une personne des plus fascinantes à la fois homme et femme. J’aimerais non, j’aurais aimer lae connaître d’avantage… J’ai finalement mis tout ses cartons de cotés ça ma n’empêche aidée a faire son deuil. Je n’ai peu me résoudre à me débarasser de son pull en laine qui gratte tant ! Maintenant qu’il est à moi, je vais lui faire prendre un bon bain chaud d’assouplissant et il sera parfait ! J’ai ses chaussures, sa jupe écossaise. Ses chaussures haute pour la marche. Je me retourne et constate alors qu’iel etait bien plus coquette que moi ! Je me suis contentée de deux cartons d’affaire appartenant à Tristan qui sont à présent a moi sur les quatres autorisé.

Au niveau de mes affaires, c’est simple, mon sac a dos sport contenant toute la vie de Lux, mon cosplay complet, vêtement, sous vêtement blanc, armure, accessoire de cheveux, rouge a lèvre, fard à paupière, j’ai absoluement TOUT ! Le reste, mon carton « loisir » contenant papier, feuille carnet, stylo, Promarkers, toiles blanches que je n’ai jamais trouvé le temps ni l’inspiration de peindre ! Je me dit encore qu’il faudrait que je m’y met… mon autre carton rien que pour mes chaussures avec ceux que Tristan ma légué. Un autre avec mes sous vetements accessoire de toilettes et enfin, mon gros carton avec mes affaires de tout les jours, la vie de Eyden ! Je constate alors, avec une grande tristesse que la vie de Eyden est plus grande que celle de Lux, alors que je me sens si triste loin de Lux.

Quoi qu’il en soit, le grand départ est finalement venu, annecdote amusante, ils ont fait tout un foin pour un changement de maison alors que mon ame sœur se situe presque à l’extreme opposé de notre logis. Enfin notre logis… je suis sdf actuellement, j’espere qu’elle ne m’en voudra pas de lui imposer toute ma vie. Presque 5 cartons et un sac a dos sportif. J’ai le coeur en feu a force d’avancer vers Mylia qu’elle jolie prénom ! Mon esprit vagabonde, j’adorerai qu’elle sois petite, fragile, douce. J’ignore pourquoi, je me suis imaginer me loger avec Lulu.

- Hooo Tristan, où que tu sois, souhaite moi bonne chance !


Plusieurs fois j’ai faillit rebrousser chemin, la peur d’etre encore seule et de m’attacher ! Quoi qu’il en soit, aprés une bonne vingtaine d’inspirations et d’expiration, je m’arrête au pas de sa porte ayant sur le dos uniquement mon sac de sport, je me suis dit que se serai mieux que de venir avec tout mes cartons en mode « degage de mon chemin et laisse moi entrée ! » je préfère une approche plus… politiquement correcte, j’ai même hésitée a venir avec absoluement rien, passer la journée avec mon âme sœur et ensuite enmenager. Mais j’ai juste peur que sa fasse « NOOON JHE VEUX PAS DE TOI DANS MA VIE !!! » du coup je pense que venir avec un strict minimum est parfait.

Finalement je sonne. révisant dans ma tête les diverse façons de dire bonjour

- Hello ma cheriiiiiiiiiie c'est Eyden ca va ma puce ? BON SANG CORDULA SORT DE MON CORPS ! J'ai eu un petit sourrire timide. J'entend des pas venir m'ouvrir, mon sang ne fait qu'un tour.
Voir le profil de l'utilisateur
Milya Luger
Liée à Asuka Ikunora
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2018
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Mar 25 Sep 2018 - 2:51

Le sommeil n'était pas lourd, après tout, il s'agissait d'une simple sieste improvisée, la position n'était pas idéale, et le bruit de fond rendait le tout léger, branlant. Une sorte de sommeil passager, une première phase qui n'atteindra jamais la seconde, puisqu'au milieu de ses vagues songes totalement dénués de directions, l'allemande entendait la sonnerie, quelqu'un à la porte qui souhaitait la voir probablement, ou qui voulait lui parler.
Une sieste rapide et peu profonde, mais qui justement, ne faisait que développer un peu plus son manque de réaction et de réflexion. La tête dans les nuages, l'esprit entouré de coton dense, elle réagissait plutôt par habitude, se relevant en se frottant les yeux, et s'avançant nonchalamment vers la porte, imaginant à peine une possibilité, le Fil Rouge qui revenait discuter avec elle, lui parler de quelque chose, qui sait ? Ils étaient déjà passés pour lui parler du départ d'Hellebore, puis ils avaient remplacer les couverts 'dangereux' par des couverts en plastique, fouillant au passage à la recherche de potentielles armes. Et maintenant ?
Aucune idée, elle n'avait pas la tête à une quelconque réflexion, le regard ensommeillé, elle se contentait de poser la main sur la poignée et tourner, puis pousser le tout. Fermant l'oeil un instant, éblouie par le Soleil encore présent et plutôt bien orienté par rapport à la porte.. Puis seulement elle pouvait, de son œil, observer l'invitée. Qui se trouvait être une invitée, seule, et pas dans des habits.. Habituels, du Fil Rouge.

Hmph.. Bonjour ?..

La voix un peu pataude, l'étudiante se grattait rapidement la joue, essayant de se refaire un minimum présentable, malgré le fait que.. Trop tard pour cacher sa sieste improvisée. Et c'est après quelques instants courts qu'elle finissait par tiquer. Une femme. Seule. Un sac de sport pour unique bagage..

Oh ! Déjà ?..≫ Toussant légèrement en se reprenant aussi vite, la borgne secouait vaguement la tête. ≪Pardon, l'habitude. Euh.. Eyden ? Désolée, on m'a pas vraiment dit quel jour tu arriverais et.. Bref, entres, c'est.. Bha chez-toi aussi maintenant..

S'écartant poliment mais maladroitement de la porte, la jeune auburn laissait entrer sa nouvelle Âme-soeur. L'observant un peu plus en détail en profitant de son esprit qui perdait peu à peu sa brume anesthésiante. Nul doute qu'elle avait l'air parfaitement maladroite, rêveuse et décalée, mais elle n'avait pas spécialement de soucis avec ça, elle aurait tout le temps de.. Se réveiller plus normalement, et de montrer un peu mieux de sa personne.
Refermant derrière l'arrivante, l'allemande se dirigeait vaguement vers le salon, perdu dans ses idées de rencontres. Elle n'avait pas du tout prévu comment accueillir la fameuse blonde désormais bien arrivée.

Hmm.. Je pense que.. La maison ressemble à toutes les autres, donc peut-être pas besoin de te faire visiter ? Surtout que j'ai pas spécialement décoré grand chose, manque de temps et.. Et de temps, bref.

Eclipsant son envie soudaine d'avouer de but en blanc sa déprime, l'allemande se contentait d'aller vers la cuisine ouverte, ouvrant le réfrigérateur pour en sortir une bouteille d'eau fraîche, relevant le menton seulement après.

Tu.. Veux quelque chose à boire ? ≫ Sortant quelques sodas en plus, la demoiselle posait le tout sur le comptoir, avant de rejoindre sa camarade. ≪Et donc je.. Je suis Milya Luger, enchantée. Je dirais bien que j'espère qu'on s'entendra mais.. Si on en croit le Fil Rouge, y'aura pas de soucis.. Je suppose.

Souriant, un peu forcé cela dit, le sourire marqué par la gêne et encore un peu de malaise d'avoir été prise de court ainsi, la demoiselle allemande se tenait droite comme un 'i', les mains liées dans le bas de son dos en cherchant de façon peu subtile et cachée, quoi faire ou dire, passant pour la pire des introverties, alors même qu'elle était habituellement des plus chaleureuses et entraînantes..
Voir le profil de l'utilisateur
Eyden
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 29/07/2018
Age : 26
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Mar 2 Oct 2018 - 0:31

Une sonnerie retentit quand mon doigt presse le bouton, sans surprise, c’est le même bruit désagréable de mon ex maison. Ils auraient pu faire un effort d’originalite, donné une touche de « WOUAW » à chaque maisons, je ne sais pas, la mienne aurait pu teinté l’hymne Russe, cette maison, je ne sais pas moi. Mon beau sapin ? Pas de mouvement, pas de bruit… Dois je sonner de nouveau ? Finalement j’ose, cette fois, un peu plus insistant sans pour autant appuyer plus de dix secondes. Cette fois, je relache mon bras, j’attend, patiemment, mes jambes souhaite faire demi tour, mais pour où ? Je n’ai plus de maison, plus rien, je ne sais pas si le fil rouge apprécierait que je sois SDF. Surtout qu’une maison m’a été attribuée. Non je reste, je patiente, dans mon esprit raisonne son nom « Milya » qu’elle prénom adorable ! Qui pouvait bien se cacher derrière un prénom pareil ? Une hollandaise bouffie ? Une asiatique coquine fan de chat ? Aprés tout Milya si je le dit rapidement ça fait MILIAAAA et si on rajoute OUUUU ça donne MIAOUUU…  Je me mord la l_vre inférieur pour faire taire un rire qui allait éclater. Je suis le genre de personne a rire si on la fixe dans les yeux d’un air des plus serieux du monde et qu’on lui sort « prouuuuut » alors forcement…. Imaginer cette femme amoureuse des chats se prénomer Miaou. Il m’en faut peu, oui je sais !

Sur le moment j’avais le sourrire aux lèvres mais en fixant la maison dans mon dos, l’effroyable vérité me retourne en pleine face. Tristan, mon beau et bon Tristan, où es tu ? Es tu heureux ? Pourquoi ne ma tu rien dis…
Je relache la pression sur ma lèvre, mon rire est désormais mort pour de bon. Je retiens mon souffle, la dame aux chats est dérrière la porte, je vois la poignet vibrer puis, tourner. Mes yeux se pose alors sur un noir intégrale, le temps que mes yeux s’habitues à la pénombre. Cette personne adorait vivre dans le noir ou est ce qu’il fait aussi ensolleillé que ça ? Soudain, le contour de mon hôte se déssine, une ravissante jeune femme.

- LOUE SOIS LE SEIGNEUR ! qu’elle… ! Ma réfléxion s’arête brutalement, elle est borgne… ou est ce une folle amoureuse de cosplay comme moi ? Je caresse mon sac contenant « LUX ». Elle n’a qu’un œil mais qu’elle œil ! L’ ocean coulait jusqu’a moi sur un magnifique ciel bleu. Je rougis si fort que je sens mon cuir chevelu me gratter.

≪Hmph.. Bonjour ?..≫

Elle à une voix chaleureuse et mieleuse, peu être est t’elle malade ou plus tot, elle viens de se reveiller ?

≪Oh ! Déjà ?..≫

J’ignore ce qu’elle me dit, qu’elle langue est ce là ? Peu etre de l’allemand ? Je ne suis pas certaine… A l’occasion, je me dit qu’il faudrait que je lui demande ses origine. Je garde le silence, trop perturbée par son cache œil. Je détourne le regard de peur de passée pour une mal élevée. Je laisse mon hôte briser le silence, Je baisse les yeux.

≪Pardon, l'habitude. Euh.. Eyden ? Désolée, on m'a pas vraiment dit quel jour tu arriverais et.. Bref, entres, c'est.. Bha chez-toi aussi maintenant..≫

Poliement, elle s’écarte pour me laisser le passage. Je me dis que se serait bien que je parle à mon tour, je suis étrangement timide, d’ordinaire je ne le suis pas à se point là mais je ne sais pas, un truc chez elle me déstabilise. Je reste sans voix devant la sonorité de ses cordes voccales qu'elle délicieuse musique.

«  O...oh… o..oui, pardon…  oui je suis Eyden, je vois que tu es bien informée toi aussi… je…. »

J’aurais aimer lui faire la bise, mais, je ne sais pas si elle apprécierait se geste ou s’en offusquerait t’elle, du coup, je me tiens là, si proche d’elle, je me détourne et lui offre mon plus beau sourire.

«  Je suis heureuse de te connaître enfin, j’ai hate de mieux te connaître ! »

Finalement, j’entre. Je m’arrête sur le pallier et laisse mon hote passer devant, je la suis docilement jusqu’au salon, j’apprécie le peu de décoration, j’ai du mal à me dire que c’est un autre logement que le miens puisque tout est à l’identique. Les murs blancs, des meubles beiges et noir, un canapé de cuir blanc, une table basse imitation bois. Un tapis par dessous. Une cuisine Americaine ouverte avec un bar délimitant le salon de la cuisine. Tout est vraiment identique. J’écarquille des yeux. Je suis vraiment déçus que tout le monde ai la même chose. D’ailleurs, je me dis que c’est malsain déjà pour moi ! Ce logement est l’identique sosie de la maison qui a habrité Tristan. Comment vous voulez que je l’oublis ? Que je passe à autre chose ? J’imagine que mon âme sœur dois avoir le même probleme et en plus, elle n’a pas changée de maison en plus !

≪Hmm.. Je pense que.. La maison ressemble à toutes les autres, donc peut-être pas besoin de te faire visiter ? Surtout que j'ai pas spécialement décoré grand chose, manque de temps et.. Et de temps, bref.≫

Apparement, je suis un livre ouvert pour elle, sachant à quoi je pense alors qu’on se connaît depuis si peu de temps, c’est juste fou ! J’ai bien compris qu’elle souffre également de la disparition de son ancien âme sœur, je me demande qu’elle sont les circonstances de sa disparition… est ce comme pour Tristan ? Décidement, j’ai beaucoup à apprendre sur elle. Je m’installe dans le canapé sans un mot la voyant aller dans le frigidaire.

≪Tu.. Veux quelque chose à boire ? ≫ Sortant quelques sodas en plus, la demoiselle posait le tout sur le comptoir, avant de rejoindre sa camarade.

« Je veux bien  de la …. heuu non, plutot…. Disons….. un truc pour fêté notre liens unique ? Sinon, la même chose que toi… »

Elle m’apporte une boisson qui est finalement quelconque, à dire vrai, je n’avais pas envie de fêter quoi que se sois, la disparition de Tristan est encore trop tot en moi… mais, je voulais faire bonne figure et que mon ame sœur ne vois rien de ma déprime. Je la regarde presque tendrement, elle est si gentille et avenante !  

≪Et donc je.. Je suis Milya Luger, enchantée. Je dirais bien que j'espère qu'on s'entendra mais.. Si on en croit le Fil Rouge, y'aura pas de soucis.. Je suppose.≫


j’aime son sourire, c’est agreable, une personne gentille c’est exactement ce que j’ai besoin pour surmontée la disparition de Tristan.

« Moi, tu le sais déjà. C’est Eyden, je suis également très heureuse de te connaître Milya. D’ailleurs Milya c’est peu commun comme prénom c’est qu’elle origine ? Luger… c’est pas Allemand ? Moi c’est ….. » J’ai faillit lui donner ma vrai identité, je parviens a m’arreter in extremis. «  Eyden, juste Eyden ça me va très bien... » J’ai un peu de mal a ne pas lui dire toute la vérité, mais on viens de se rencontrer.

«  J’ai, j… excuse moi d’etre si froide Milya, j’ai… je pense… tout comme toi on a perdu notre…. J’espere qu’on arrivera a surmonter cette difficile epreuve, compte sur moi, je ne supporte pas de voir quelqu’un bléssée, si tu souhaites mon aide... »

Je me force a arrêter de parler en plongeant mes lèvres dans la délicieuse boisson, d’ordinaire, je ne suis pas ainsi. J’espère que Milya arrivera à soigner mes blessures interne, à dire vrai je lui ai proposée mon aide, mais, c’est moi qui ai besoin d’elle. Soudain je me souviens que j’ai mes cartons a ramener içi mais, je n’ai pas la force de me lever. Devoir retourné dans la demeure de Tristan, seule, est au-delà de mes forces.

« Tu voudras bien m’aider tout a l’heure…. ? Je… je.. j’ai quelques bricoles a prendre… » En vérité, je n’ai juste besoin d’elle que pour éviter de me retrouvée face au fantôme de Tristan.
Voir le profil de l'utilisateur
Milya Luger
Liée à Asuka Ikunora
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2018
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Sam 6 Oct 2018 - 17:01

Le regard de la demoiselle devant l'allemande n'est pas difficile à remarquer, cette façon de détourner les yeux, elle l'avait déjà vécu plus d'une fois, cette forme d'intimidation devant la blessure que devait cacher son cache-oeil large, c'était clairement une habitude qu'elle avait prise, alors elle n'en faisait aucun commentaire, se contentant d'accueillir sa nouvelle âme-soeur comme elle le ferait dans n'importe quelle situation.
Sortant deux sodas aux fruits, l'étudiante n'avait pas réellement de quoi fêter dans le réfrigérateur, mais les deux verres feraient l'affaire pour le moment, et elles pourraient ensuite refaire des courses d'ici peu pour s'assurer que chacun ait son petit confort. La belle vie d'être ici, résidait dans le fait de ne pas être près de son argent, ne pas avoir besoin de l'être en tout cas. Savoir qu'on a les moyens de vivre comme on le sent, d'acheter ce que l'on désire pour manger, grignoter, boire.
S'installant à son tour sur le canapé, la demoiselle attrapait rapidement la télécommande, rabaissant un peu le son de la télévision, qui n'était pas spécialement le centre d'intérêt actuel, malgré la série policière qui tournait automatiquement désormais. Suite d'un programme qui enchaînait les épisodes de lui-même.

Ecoutant tranquillement les mots de sa nouvelle partenaire de vie, elle se servait sa propre boisson, avant de tiquer légèrement, tournant un regard surpris quand cette dernière avait failli se présenter à nouveau.. Ou dire autre chose. L'allemande trouvait ça un peu étrange, elle avait dit au début de sa phrase s'appeller Eyden, puis finalement avait repris à la fin, prête à se présenter de nouveau.. Pour redonner le même prénom, sans nom. Et le 'ça me va très bien' qui pouvait faire étrangement penser que ce n'était pas réellement son identité, plus un surnom qu'elle appréciait.
Mais.. L'allemande n'était pas invasive, ni adepte des interrogatoire, d'autant plus avec quelqu'un qu'elle vient de rencontrer, souriant en coin en avalant une petite gorgée, elle répondait donc rapidement aux question qui étaient pour le coup, dirigées sur elle.

C'est peu commun oui, c'est un dérivé de Emilie. Et Luger, c'est Allemand oui. Un peu cliché je dirais, mais.. Tous les pays ont leurs noms clichés et répandus.

Pouffant légèrement en pensant à d'autres noms typiques de son pays, la demoiselle haussait les sourcils à la petite excuse face à elle. Froide. C'était une façon de voir les choses, Milya avait plutôt l'impression de malaise, cette étrange façon d'être devant une rencontre forcée, un peu comme plus jeune, quand deux couples de parents mettent leurs enfants ensemble pour jouer, l'impression d'être forcés de s'entendre..
Même si ici, ils s'agissaient d'Âmes-soeur, et que, elle devait bien l'avouer, sur deux qu'on lui présentaient, l'étudiante ne pouvait nier l'attachement rapide qui s'en dégageait. Les mots tendres mais diablement forcés par la blonde face à elle lui arrachait un peu le coeur. Cette façon qu'elle avait de dire qu'elle était là pour elle, alors qu'elle semblait être encore plus blessée.. Ca prenait de court la soucieuse demoiselle en tout cas, qui se contentait d'acquiescer poliment, nouvelle démarche qui semblait entérrer la discussion.
Dan sa tête, tout semblait stupide, elle se rendait compte du malaise, et à chaque occasion de lancer quelque chose, elle semblait passer à côté en s'en rendant compte, mais marchait tout de même en plein sur la mine.

Pensive, l'allemande glissait lentement son doigt sur le bord de son verre, son regard unique dans le fond de son verre. Sa réflexion était vague et un peu.. Sortie de nulle part, mais la question finale l'aidait à se réveiller, sortant un sourire un peu plus pâle, mais honnête, pas forcé.
Et sa voix semblait lentement se reprendre également, se montrant plus directe, elle espérait au fond ne pas être trop abrupte, mais se lançait tout de même. Entre courage et témérité, il n'y avait qu'un pas. La question était de savoir si elle l'avait fait dans le bon sens probablement.

Pas de soucis, je t'aiderais. Mais.. Hmm...≫ Ravalant son air renfermé, l'étudiante se tournait face à celle qui partageait le canapé, s'asseyant en tailleur pour être totalement tournée vers elle, les jambes croisées. ≪Tu sais, j'ai pas beaucoup connu mon Âme-soeur précédente. En soit, je l'ai à peine cotoyée, et même si ça m'a fait un vide... Je pense qu'il me faut juste un peu de temps pour ravaler ma déception, donc c'est gentil de te proposer pour m'aider mais...≫ Détournant un instant le regard sur le côté, calculant visiblement ses mots, elle ne laissait pas spécialement le temps pour une interruption, avant de reprendre. ≪Mais je pense que tu devrais être honnête. Enfin.. Je veux pas faire comme si je te connaissais par coeur, ce serait hypocrite, mais j'ai l'impression que derrière tes mots, tu caches que c'est toi qui souffres le plus, non ? Alors.. N'hésites pas à m'en parler, plutôt que d'essayer de m'écouter. Prends pas sur toi la misère de tout le monde, avant de gérer la tienne.

Fixant un instant sa nouvelle colocataire, l'allemande finissait par se fendre d'un grand sourire, avant de pencher le dos en arrière, les mains également, posées sur le canapé pour se retenir de tomber, en s'exclamant un peu fortement, comme dégagée d'une gêne totale, ce qui était parfaitement le cas en soit.

Ah ! J'ai enfin fais une phrase longue ! Désolée, tu disais que t'étais froide mais.. Rha, j'avais l'impression d'être coincée depuis que je t'ai ouvert et.. Et j'aime pas ça, alors que je suis pas comme ça d'habitude non plus. C'est le côté rencontre forcée, tout ça, ça met une pression folle !

Ricanant même ouvertement à cette remarque, la borgne rabaissait son regard vers la blonde face à elle, penchant même un peu la tête en essayant de voir ses réactions. A ses mots récents, comme aux précédents. Elle espérait sincèrement ne pas avoir enfoncé une porte avec un bélier, ou.. Ou une expression qui collerait sûrement mieux, mais qui ne venait pas dans sa tête, qui sous-entendrait qu'elle s'était lamentablement ratée, et qu'elle avait bien trop foncé.
Dans tous les cas, elles étaient collées ensemble maintenant, et elle aurait tout le temps de se reprendre ou se rattraper plus tard cela dit. Mais.. Autant bien faire dès le début, si elle pouvait. C'est bien pour ça qu'elle en attendait pas mal de ce qu'elle venait de lancer comme une fleur au milieu d'un champ de ruines.
Voir le profil de l'utilisateur
Eyden
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 29/07/2018
Age : 26
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Mer 17 Oct 2018 - 19:27

Au fond de moi, je suis emerveillée, l’Allemande fuit mon regard, elle dégage tellement de timidité, je trouve ça incroyablement choux et excitant à la fois. Je me garde biensur de le lui avouer. Je fini toute fois par arrêter de jouer ainsi avec ses sentiments, il est vrai que son cache œil etant trop proche de son œil valide, je ne souhaite absolument pas qu’elle s’imagine que ça me gène, a dire vrai, il m’intrigue. Dans qu’elle circonstance avait t’elle perdu son œil ? d’ailleurs, la t’elle perdu ? Si ça se trouve, elle a juste une maladie visuel qui lui impose le port du cache œil.
Mon âme soudain, se fait asspirer par ses lèvres, qu’elles sont bien déssinées ! Un talent qu’un grand aritiste a eu en lui donnant une tel chair. Ni volumineuse, ni fine, je ne rend pas compte du silence qui s’installe. Je veux bouger, mais mon regard légèrement larmoyant la scrute peu etre trop longuement dans le moindre détail. Sa nuque presque aussi blanc que le lait frais. Mes oreilles reste alors sourd lorsqu’elle me dit que son prénom est Allemand et qu’il est un dérivé d’ Emillie. C’est que lorsqu’elle m’effleura le coeur en pouffant de rire que mon âme me fut rendu. Par peur d’avoir instaurée une gène quelquonque, je saute sur ma boisson.

Milya garde le silence, mince, l’ai je offensée ? qu’elle conne !

Je m’en veux prodigieusement pour l’avoir ainsi reluquée, ça fait si longtemps que mon coeur est a prendre que je, j… j’ai du mal a me tenir en société face a une divinité. Cet œil, d’un bleue limpide, d’un bleue si profond… non. Je dois areter ! Me voila encore entre un de l’admirer. C’est vrai que passé la première impression du cache œil je peu difficilement ne pas la regarder, même ses cheveux semble soyeux, impeccablement bien coiffé. Cette femme a beaucoup de classe, je ne peu qu’etre admirative, avec de la chance, elle me fera partager son talent pour se mettre autant en valeur. Elle me fait penser à Lux d’ailleurs ! yeux bleue profond, cheveulure intense et éclatant, maquillages sombtueux. J’ai sans mon rendre compte, un sourrire au lèvres c’etait comme si Lux avait prit vie devant moi ! Se serait grandiose qu’on sort le soir Milya et Lux ! Faudra que je lui présente rapidement mon alter ego. Je suis sur que se sera très intéréssant ! Des « soeur » quasiement jumelle, même si, j’espère au fond de moi que Milya sera plus qu’une sœur. Le temps répondra à cette question.

Un coup de feu retentit, je ne me suis même pas apperçus que la télévision tourne dans mon dos, Je ne vois que Milya dans la pièce, maintenant que mon âme est a nouveau en moi, je ne me consacre plus qu’a elle regardant la décoration qu’avec un faible intérêt. L’Allemande sait se mettre en valeur on est d’accord mais pour la décoration… Elle aura grandement besoin de moi je pense. Je suis un peu génée d’éprouver autant de chose alors que je ne l’ai vue que cinq minutes, c’est peu etre un peu rapide, mais bon la glaçe prend en se qui me concerne. Dans mon dos, Colombo etait un peu embêté, j’avoue que sur le moment, j’aurais aimer être à sa place. Je ne sais pas quoi dire, je préfère attendre que Milya parle aprés tout je suis chez elle avant d’etre chez moi. Je ne vais toute fois pas attendre longtemps, je me dois de lui faire la conversation ou elle me trouvera pas intéréssante… et si je lui demande depuis combien de temps elle vie içi ?

J’allais briser le malaise quand je me rend compte que mon hôte, pensive, est plongée dans son verre, qu’elle malheur qu’elle ne me fixe pas comme je l’ai fait il y a peu, impossible de savoir si je lui ai fait bonne impression ou est t’elle agacée par ma présence… que signifis son silence aussi pesant ? Je devrais peu etre voir avec les responsables de Sindety pour changer de maison, je vois bien que je suis pas à ma place. Je fini mon verre et je dégage, elle ne veux apparement pas de moi içi et elle cherche le moyen de me le dire… Je connais que trop bien les silences meurtrier. Je m’en suis aussi servis pour punir Yurgen mon meilleur ami, qui, face à la pression parental, lui de « basse extraction », à préféré me laissée seule façe a ses tyrans et décida de fuir au Nepale.

Va s’y Milya accouche, annonce moi la mauvaise nouvelle, tu veux pas de moi pas vrai ?

Je ne peu empêcher une bille de plomb tournoyer dans ma gorge. Du stresse sans doute. La question est, pourquoi est ce que Milya ne m’aime pas ? Est ce mon hattitude à l’admirer trop longtemps ? Suis je trop famillière ?

Soudain, je n’y comprend plus rien ! Voila Milya qui souhaite m’aider, et comme si c’etait pas suffisant, elle se calle dans le canapé, assise en tailleur en face de moi. Mon sang bouillonne de joie. J’ignore pourquoi elle semblait si froide a mon égard mais je me sens un peu mieux, enfin mieux… la petite bille de plomb etait encore présente mais de façon différente, je sens mon pallais légèrement picoter. Un coup de boisson me suffit pour vaincre cette vilaine sensation. Je souris alors a Milya, le coeur remplis d’espoir. Je suis comme ça, un rien me fait déprimer mais, l’inverse est aussi vrai, voir les pieds de Milya se tourner vers moi, son buste me faisant fièrement face, mes yeux pleurs a nouveau. Qu’est ce qu’elle est belle ! Il ne m’en faut pas plus pour que ma déprime a peine venue s’en aille.

j'ai pas beaucoup connu mon Âme-soeur précédente. En soit, je l'ai à peine cotoyée, et même si ça m'a fait un vide... Je pense qu'il me faut juste un peu de temps pour ravaler ma déception, donc c'est gentil de te proposer pour m'aider mais…

Instinctivement, je voulais lui répondre critiquer son « MAIS » un mot que je deteste, a mon tour, je me tourne vers elle pliant un genoux pour m’assoir sur mon pied. Elle ne me laissa pas le temps de répondre.

≪Mais je pense que tu devrais être honnête. Enfin.. Je veux pas faire comme si je te connaissais par coeur, ce serait hypocrite, mais j'ai l'impression que derrière tes mots, tu caches que c'est toi qui souffres le plus, non ? Alors.. N'hésites pas à m'en parler, plutôt que d'essayer de m'écouter. Prends pas sur toi la misère de tout le monde, avant de gérer la tienne.≫

Je suis abasourdis, comment sait t’elle tout ça sur mon sujet en quoi ? CINQ MINUTE ! C’est a mon tour de rester pantois, sans savoir quoi répondre. Je la regfarde dans les yeux d’un air bête et apparemment ça la fait rire a tel point que elle faillit en tomber à la renverse, mes mains sans crier gare s’agrippe a ses genoux pour qu’elle reste par mis nous !

≪Ah ! J'ai enfin fais une phrase longue ! Désolée, tu disais que t'étais froide mais.. Rha, j'avais l'impression d'être coincée depuis que je t'ai ouvert et.. Et j'aime pas ça, alors que je suis pas comme ça d'habitude non plus. C'est le côté rencontre forcée, tout ça, ça met une pression folle !≫

C’etait donc ça ! Je me dettend alors en soufflant de joie, je ne lui ai aucunement fait une mauvaise impression, c’est tout le contraire apparement. Mes mains soudainement, comme si elles etaient eu feu, lache les genoux de Milya. Je ferme les yeux travaillant déjà sur le souvenir du touché. Je me jure alors intérieurement de garder se souvenir peu etre anodin mais pourtant agréable. Le feu me prend au niveau des joues. Je suis extremement touchée qu’elle souhaite s’intérésser autant à moi. Je me suis dit que je n’allais pas la décevoir !

« Tu as raison pour ça aussi, je ne sais pas si ça se vois tant que ça mais je suis se qu’on appelle hypersensible, en gros, un rien me blesse mais un rien me fait du bien, en gros je ressens les emotions au-delà de l’ordinaire. On me dit toujours que je suis folle, que je devrai arrété, comme si ca peu se couper… »

« Je te raconte ma vie si tu le souhaite  comme on est des âme sœur alors je ne souhaite pas avoir de secret pour toi, j’ai décidée de tout te dire je veux que tu saches tout de moi.  ATCHOUUU»

Je prend un mouchoir, me mouche et le glisse entre mon vetement et mon poignet n’ayant rien pour le jeter et hors de question que je le remet dans ma poche.

« … pardon sincèrement ! »

J’ai un petit rire amusée et attend le feu vert de Milya avec une certaine note d’anxiété que va t’elle dire une fois que tout mon passé sera connu ? Je ne sais pas pourquoi, mais, j’ai envie qu’elle sache tout de moi… Eyden, Lux et même Irina.
Voir le profil de l'utilisateur
Milya Luger
Liée à Asuka Ikunora
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 30/07/2018
Re: Second Chances [Eyden&Milya] Mer 24 Oct 2018 - 17:24

Reprenant peu à peu sa concentration, l'Allemande reprend place plus confortablement, plus droite surtout, pour éviter de nouveau de rire à en perdre l'équilibre. Même si c'était un simple ricanement, elle avait eu le mauvais réflexe de se pencher en l'expulsant, et quand bien même elle était il y a peu sur la retenue, elle-même un peu froide à ses yeux, et dans une situation d'ouverture difficile, tout ça était maintenant envolé, tout lui semblait bien plus simple maintenant.
Elle n'avait pas à se retenir devant la demoiselle qui allait maintenant partager un gros morceau de sa vie, et quand bien même les choses devaient mal se passer, tant pis, elle aurait simplement à fuir l'île le cas échéant, perdre la mémoire de tout ça, et reprendre sa vie de tous les jours, bien qu'elle n'en ai pas trop envie pour le moment.
Alors elle allait simplement partir du principe que devant elle se tenait une amie proche, et lui parlerait comme tel. Souriant plus largement de nouveau, elle écoutait la réponse de sa camarade, hochant tranquillement la tête en assimilant cette notion d'hypersensibilité. Elle n'allait pas la remettre en cause, il y avait bon nombre de choses qu'elle ne connaissait pas, et pourtant elle était au courant de suffisamment de maladies mentales pour savoir que le cerveau était capable de toutes sortes de prouesses dans les bons, comme dans les mauvais sens.

Néanmoins, savoir que sa vis-à-vis était déjà prête à tout lui raconter sur sa vie, la fit légèrement tiquer, penchant la tête sur le côté avec un regard curieux sur son unique œil, elle médita légèrement. Menant d'elle-même un index sur son menton, puis ses lèvres, pondérant alors qu'elle construisait et pesait ses mots avec un calme pourtant certain. Ce qui menait d'ailleurs la réponse à venir assez rapidement.

Hmm.. Je veux bien entendre, mais je ne veux pas que tu te forces. Ni que tu te forces à tout garder pour toi, ni que tu te forces à tout me raconter. Racontes moi.. Tout ce que tu veux, et arrêtes toi dès que tu souhaites. On aura tout le temps d'apprendre à se connaître de toute manière.

C'était sa façon de modérer les choses, elle était toujours du genre à suivre son 'instinct' si on peut dire. Plutôt ses envies donc, elle parlait lorsqu'elle en avait envie, et taisait ce qu'elle voulait garder. Elle n'avait pas réellement de retenue lorsqu'elle décidait de ne pas en avoir, et c'est ce qui la rendait parfois un peu étrange. Mais l'Allemande s'y était habituée, aux regards qu'on pouvait poser sur elle lorsqu'elle aborde un sujet avec aisance, tandis que les autres l'évitent ou le suivent avec des pincettes.
C'est bien pour ça qu'elle réfléchissait à nouveau assez rapidement, posant à  nouveau ses mains derrière elle en s'inclinant légèrement, l'attitude bien plus détendue restant alors même qu'elle reprenait la parole sur des mots plus neutres et explicatifs. Non pas qu'elle soit gênée d'en parler, c'était plus une marque d'un certain détachement sur ce qu'elle pouvait raconter.

Moi pour ma part, je suis étudiante en Allemagne. Ma famille m'a toujours poussée à faire des études et.. J'ai jamais su dire non, ce qui fait que.. Je vois cette île comme un moyen de fuir au moins un temps mes responsabilités.

C'était très certainement un gros résumé, mais elle avait l'habitude en quelques sortes, de résumer une partie de sa vie à ça. Reprenant une posture un peu plus droite à nouveau, la demoiselle automnale reliait ses mains sur ses propres jambes, presque une posture de méditation, si l'occasion n'était pas réellement ça. Son œil dirigé vers sa colocataire tout en reprenant un sourire plus léger après cette fine explication.

C'est un peu léger mais.. Très franchement, je n'ai pas grand chose d'exceptionnel dans ma vie, pour en faire un roman digne d'un Best-seller.

Prenant un bon souffle, une inspiration calme alors que son regard se faisait à la fois plus curieux, et en même temps diablement conciliant et patient, la jeune étudiante reportait son attention sur ce que pouvait bien avoir à avouer sa nouvelle Âme-Soeur.

A toi donc. Et je te l'ai déjà dit surtout. Ne te force pas plus que nécessaire. On a tout notre temps sur cette île.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Second Chances [Eyden&Milya]

Second Chances [Eyden&Milya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
( I M ) P E R F E C T I O N :: Sindety :: Quartier Résidentiel-
Sauter vers: